Une assemblée mobilisée et déterminée

Saint-Jérôme, le 27 mai 2015. L’assemblée générale annuelle du Regroupement des organismes communautaires des Laurentides (ROCL) a réuni 125 personnes au Golf de Val Morin ce mardi 26 mai 2015. Dans un contexte d’austérité et de désengagement de l’État envers la population, les membres du ROCL, en provenance de 72 organismes différents, ont pris une résolution collective à l’effet d’engager des actions de mobilisations dès cet automne. Ils ont décidé d’agir pour contrer le vent d’austérité qui souffle sans relâche depuis plus d’un an et prévoient même suspendre les activités régulières pour mieux mobiliser. Leurs revendications visent notamment un rattrapage financier pour les organismes des Laurentides mais aussi du Québec en entier.

SONY DSC

Des organisations uniques

Les organismes communautaires autonomes sont 4000 au total dans la province. Ils sont uniques au monde en terme de fonctionnement démocratique et d’implication des personnes dans les solutions apportées à leurs problèmes. On les distingue des autres OSBL (environ 50 000 au Québec) par leurs approches axées sur le développement du pouvoir d’agir (empowerment), par leur volonté d’améliorer les conditions de vie des personnes exclues, en difficulté ou appauvries et par leur autonomie décisionnelle. Ils font, pour la plupart, des activités de prévention, favorisent la participation citoyenne de leurs membres et offre un soutien personnalisé et de proximité.

Comprendre et s’exprimer

« En cette période de compressions généralisées nous aurons à démontrer aux décideurs et à la population les impacts de ces mesures sur la vie des personnes qui fréquentent les organismes communautaires. Le ROCL se dirige donc vers des activités d’éducation populaire, des témoignages et des actions médiatiques. En ce qui concerne la mobilisation, attendez-vous à voir et entendre ce que les organismes et leurs membres ont à dire. Nous allons mobiliser à notre manière, de façon créative, tout en impliquant la population. Nous pensons qu’il y a une richesse infinie dans la solidarité et la valorisation du potentiel de chaque personne.» Souligne Laurie McFall, membre du comité mobilisation et du C. A. du ROCL.

Élection au conseil d’administration

L’assemblée a procédé à l’élection du tout nouveau conseil d’administration du ROCL. Celui-ci aura le défi de maintenir la cohérence et la solidarité dans ce grand mouvement si diversifié. « Représenter les besoins des organismes communautaires et revendiquer un juste financement demeurent des défis incontournables » explique Stéphanie Gaussirand présidente. Le ROCL sera donc dirigé par les personnes suivantes pour la prochaine année : Stéphanie Gaussirand de l’Antre-jeunes, Laurie McFall, du Centre aux Sources d’Argenteuil, Nathalie Pelletier de Panda Basses-Laurentides, Suzanne Parisé du Centre d’Action Bénévole Léonie-Bélanger, Christine Richard de la Maison d’hébergement la Parenthèse, Lise Cloutier de l’Association de fibromyalgie des Laurentides, Sophie Desmarais de l’Ami-E du quartier, Isabelle Cloutier du Centre d’aide personnes traumatisées crâniennes et handicapées physiques Laurentides, Danielle Bilodeau du Centre d’entraide Thérèse-de Blainville et de Linda Déry, coordonnatrice qui y siège d’office.

États généraux : Le mouvement communautaire réaffirme son autonomie avec force!

pleniere EG 2015Montréal, le 23 mai 2015 – La rencontre des États généraux du mouvement communautaire autonome, qui s’est terminée samedi, a permis de rassembler des organismes communautaires de base de différents secteurs d’activités, en provenance des quatre coins du Québec. Un événement exceptionnel en son genre ! Après deux ans de consultation, près de 150 personnes ont réfléchi ensemble à l’avenir de l’action communautaire autonome (ACA), et aux défis qui les attendent, dans le contexte d’austérité auquel ils sont confrontés.

En lien avec le thème des États généraux, À la croisée des chemins, quel avenir pour les organismes communautaires autonomes ?, les trois jours d’échanges ont permis de constater que les organismes communautaires souhaitent toujours consolider leur autonomie et en incarner les valeurs. Quatre grands constats ressortent de l’événement. 1. De manière consensuelle, les organismes renouvellent leur adhésion aux principes de l’ACA et à la nécessité de défendre leur autonomie. 2. Ils affirment ainsi leur vision d’une société progressiste, qui prône la justice sociale. 3. Cependant, ils voient planer différentes menaces et se préoccupent des conditions de vie des populations et des conditions de travail précaires auxquelles plusieurs employé.e.s sont confronté.e.s. 4. Les organismes espèrent finalement que leur travail soit mieux reconnu à l’avenir et que cette reconnaissance soit renforcée par un financement à la mission.

«Une telle démarche de consultation et d’échanges est un exercice citoyen précieux et rare en ces temps où tout va vite et où nous perdons plusieurs lieux démocratiques. D’ailleurs, une des choses qui a été frappante, c’est que les gens présents ont souligné l’importance de passer du JE au NOUS et qu’ils l’ont mis en pratique lors des États généraux nationaux» souligne Sébastien Rivard, porte-parole de la Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires. «Cette réflexion collective amènera des initiatives de la part des organismes participants, car les États généraux ne sont pas un aboutissement. Ils s’inscrivent dans la continuation des réflexions et mobilisations déjà en cours.»

Les orientations qui ressortent de l’événement donneront lieu à l’écriture d’un manifeste dans les prochaines semaines.