Budget provincial, un bien petit pansement sur une grande plaie!

SONY DSC

Le budget provincial déposé hier par le gouvernement libéral n’a rien d’un budget de l’espoir pour les organismes communautaires et pour les services publics. Linda Déry, coordonnatrice du ROCL, affirme que les 4 milliards de coupures et de mesures d’austérité depuis 3 ans ont laissé des traces, des plaies profondes dans le terreau de la solidarité et de la justice sociale. Pour le ROCL, ces plaies se manifestent par des pertes et des diminutions d’accès de services directs pour la population des Laurentides. On parle de suivis interrompus, de critères d’accès plus étroits qui laissent beaucoup de personnes de côté, de l’accueil psychosocial du CLSC qui n’est plus accessible pour des personnes qui font une première demande, de la réduction du personnel dans les CLSC pour répondre aux demandes d’aide, du remplacement de l’accueil psychosocial par une ligne 811 qui se tourne vers des organismes communautaires et plus encore. «Alors que les organismes communautaires sont de plus en plus débordés, que leurs ressources humaines sont à bout de souffle, on voit sur le terrain de plus en plus de références et même du dumping de la part du réseau. On assiste particulièrement à un effritement tranquille de nos services sociaux alors que la détresse psychologique est de plus en plus visible dans nos organismes» souligne madame Déry. Pour le ROCL et ses 145 membres, ce budget ne représente rien de significatif. «Disons qu’avec ce budget, les saignées à répétition sont terminées mais ce n’est pas avec les investissements annoncés que l’hémorragie va cesser, la plaie est trop grande, le pansement est beaucoup trop petit, l’infection nous guette » poursuit-elle. En ce qui concerne le rehaussement du financement à la mission des organismes communautaires, le ROCL s’attend tout au plus à une indexation de 0,7 %, alors que les coûts de système seront à la hauteur de 4% pour le réseau de la santé et des services sociaux.

Pour ce qui est des investissements annoncés (argent neuf) dans le programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), ils sont prévus sur 5 ans pour un total de 80 M$ dont 10 M$ pour l’année 17-18 pour l’ensemble du Québec. «C’est trop peu quand on sait que les besoins estimés pour la seule région des Laurentides sont de 17,5 M$ ! On est très loin des 375 millions réclamés pour les 3000 organismes communautaires en santé et services sociaux du Québec» de conclure Linda Déry.

Réussir nos collaborations… Un défi difficile par les temps qui courent

SONY DSC

Saint-Jérôme, 27 mars 2017. Au sortir d’une journée régionale de formation-réflexion dont le thème était « réussir nos collaborations, défis et enjeux dans le contexte actuel» les quelques 90 participantes ont fait des constats assez désolants.

Après avoir fait le petite histoire du contexte de nos collaborations avec le réseau de la santé et des services sociaux depuis les 15 dernières années, la grande majorité des organismes communautaires présents à la rencontre en viennent à cette conclusion : la réforme Barette et sa nouvelle gestion du réseau affecte énormément leurs rapports de collaboration.

Les participantes ont d’abord partagé les impacts de la dernière réforme du réseau sur les organismes communautaires et sur la population. Ces impacts avaient été soulevés par les organismes lors de la tournée du ROCL en février dernier.  On se rend compte qu’actuellement le réseau est désorganisé, qu’il y a une perte et une diminution des services publics et cela a un impact majeur sur les organismes communautaires et sur la population qui les fréquente. «Par exemple, on assiste à toutes sortes de références qui arrivent dans les organismes, alors que, bien souvent, les besoins des personnes ne sont pas en lien avec la mission et services des organismes ou que ceux-ci sont trop importants pour que nous soyons en mesure d’apporter une aide adéquate. Comment parler de collaboration dans ces conditions là, alors qu’il n’y a plus de réciprocité avec le réseau ?» lance Stéphanie Gaussirand, présidente du ROCL.

Lors de cette journée de formation les organismes ont revisité et réaffirmé les principes directeurs qui doivent guider leurs rapports de collaboration. On parle ici de respect des mandats, des responsabilités, des approches de chacun des partenaires, de respect de l’autonomie, du partage des enjeux mutuels, de la transparence dans les communications et les processus de consultation, du rapport libre et volontaire des personnes qui fréquentent l’organisme et du droit de réserve des organismes pour accepter ou non une référence.

«Tant et aussi longtemps que ces principes ne seront pas respectés on ne pourra pas parler de réelle collaboration, en fait, le constat que l’on a fait collectivement c’est qu’à l’heure actuelle on sent plutôt une hiérarchisation des rapports, une utilisation des organismes pour compenser les coupures de services dans le réseau public. On a l’impression que les gestionnaires du réseau considèrent que les organismes communautaires sont à leur service. Nous sommes très loin de vivre nos beaux principes négociés depuis 2004 avec le réseau de la santé et des services sociaux. Et ça et bien il faudra s’en occuper, parce que si les organismes ne s’en occupent pas, ils seront instrumentalisés et, faut-il le rappeler, notre financement à la mission ne sert pas à remplacer les services publics. Il sert plutôt à créer des liens, à offrir des espaces citoyens pour reprendre du pouvoir, à offrir des activités et services différents et à défendre les droits des personnes !» de conclure Linda Déry, coordonnatrice du ROCL

Bulletin aux membres – mars 2017

LogoROCLCMJNvertRetour sur la tournée

Voilà, l’équipe du ROCL a complété la tournée de ses membres. Ces moments d’échanges sont si ressourçants et nous permettent de demeurer au coeur de vos réalités et préoccupations. C’est plus d’une centaine de personnes que nous avons rencontrées lors de notre passage à Sainte-Thérèse, Piedmont et Mont-Laurier.

Vous avez été nombreux et nombreuses à apprécier d’être informés sur les travaux qui se déroulent au MSSS et avec le CISSS des Laurentides concernant le programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC). Plusieurs ont noté en avoir appris davantage concernant les mesures d’austérité et avoir apprécié la mise en commun de nos observations en lien avec les pertes de services sur nos territoires et les conséquences que ça pose pour  les organismes communautaires et la population. Plusieurs d’entre vous ont également noté la pertinence de nous recentrer sur nos zones de pouvoir dans le contexte actuel. Nous avons pu ensemble discuter des mobilisations récentes et de celles à venir.

Point de presse :Le financement des organismes communautaires, une gymnastique de tous les jours.

Le point de presse fut un moment pour rendre visible toute la problématique liée à notre sous-financement et pour certains, à une absence de financement. Nous avons pu compter sur la présence de journalistes et avons obtenu une couverture médiatique dans les journaux Le Nord, Le Courant, Le Nord Info ainsi que dans le média en ligne Vitalité Régionale. La coordonnatrice du ROCL, Linda Déry, a rappelé la motion unanime de l’Assemblée nationale sur la nécessité du rehaussement du financement à la mission des organismes communautaires. Il est plus que temps de passer à l’action. Pour voir le communiqué : https://frama.link/gymnastique
Il est maintenant temps pour nous de dresser le bilan de cette tournée, de nous pencher sur tout le matériel que vous nous avez donné par vos points de vue, questionnements et expériences et de réfléchir sur les suites à donner à nos échanges fructueux.

Fin de la campagne Je tiens à ma communauté, Je soutiens le communautaire

Le mardi 21 février dernier, se tenait une grande rencontre nationale entre les membres de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TRPOCB) et la Coalition des tables régionales des organismes communautaires (CTROC) pour faire le bilan de la campagne de mobilisation en santé et services sociaux.

Pour la majorité des participantEs, deux campagnes (Engagez-vous… et Je soutiens…) qui sollicitent les organismes communautaires sur le terrain apportent de la confusion dans le message et dans les actions, voire même de la démobilisation. Dans ces circonstances et compte tenu du contexte politique actuel, les membres des regroupements présents ont voté pour mettre fin à la campagne Je tiens à ma communauté, Je soutiens le communautaire dans l’esprit d’investir nos énergies de mobilisation sur une seule et unique campagne plus inclusive soit la campagne Engagez-vous pour le communautaire.

Malgré ce fait, il a été fortement réaffirmé la nécessité de poursuivre le travail conjoint entre la TRPOCB et la CTROC, en ce qui concerne les caractéristiques spécifiques des organismes en santé et services sociaux du Québec, tant pour la préservation de la nature du financement à la mission que pour son rehaussement.

Campagne Engagez-vous pour le communautaire

Retour sur les actions d’éclat du 7 février

Ce sont quelques dizaines de personnes qui ont bravé le vent et le froid, sur l’heure du dîner, le mardi 7 février dernier, pour remettre aux passants des tracts portant le message Leitao, nos vies c’est pas un jeu! Des tracts ont été distribués dans huit municipalités : Mont-Laurier, Mont-Tremblant, Sainte-Agathe-des-Monts, Saint-Sauveur, Saint-Jérôme, Lachute, Saint-Eustache et Sainte-Thérèse.

Rappelons qu’au même moment quelques centaines de personnes occupaient la Caisse de dépôt et placement à Montréal ainsi que le Complexe G à Québec.
Pour voir le bilan national incluant la revue de presse : https://frama.link/7fev-national

Journée régionale Réussir nos collaborations – défis et enjeux dans le contexte actuel

Le ROCL est heureux de vous inviter à une journée régionale d’échanges, d’informations et de formation concernant les défis et enjeux auxquels sont confrontés les organismes communau-taires dans le nouveau contexte de la réorganisation des services de santé et des services sociaux dans les Laurentides.
Pour l’occasion, nous avions lancé l’invitation à messieurs Daniel Corbeil (PDGA Programmes santé mentale et dépendance) et Michel Hébert (Directeur adjoint relations à la communauté et organisation communautaire) afin qu’ils viennent nous exposer la vision du CISSS dans les différents rapports de collaboration entre les organismes communautaires et le réseau public et ce, dans le contexte de la réforme actuelle. Ils ont malheureusement  décliné notre invitation. On peut penser que leurs agendas sont aussi bien remplis que les nôtres!
Nous aurons pour la circonstance une animatrice très appréciée du milieu, madame Lise Gervais, qui verra à nous guider dans notre cheminement lors de cette journée.

Vous avez jusqu’au 14 mars pour vous inscrire.
Pour la fiche d’inscription : https://frama.link/inscription22mars

Ordre du jour
Mise en contexte des transformations du réseau de la santé et des services sociaux depuis 2000 et rappel de nos travaux sur la collaboration entre les organismes communautaires et les établissements du réseau public.
Dernière réforme, nouvelle gouvernance : ce que l’on entend sur le terrain communautaire, nos questionnements, nos inquiétudes.
Réussir nos collaborations – défis et enjeux dans le contexte actuel : l’analyse de Lise Gervais.
Échanges avec la salle, pour compléter le portrait.

Dîner
Retour sur les principes directeurs qui guident nos collaborations.
Les ingrédients gagnants de collaborations réussies.
Mieux se définir pour mieux se comprendre.
C’est donc un rendez-vous le 22 mars à 9h15 chez Les Fins Gourmets du Nord, à Piedmont.

Formation Les organismes communautaires, qu’est-ce que ça mange en hiver?

Des places sont encore disponibles pour cette formation qui aura lieu :
Jeudi, le 16 mars de 9 h à 16 h

Chez les Fins Gourmets du Nord, à Piedmont

Tarif : 30 $ (dîner inclus)
Pour vous y inscrire, faites-nous parvenir votre formulaire par télécopieur au (450) 438-3998 en faisant suivre votre paiement par la poste.

Formulaire disponible au : https://frama.link/inscription-formations

Renouvèlement des membres

Les documents pour le renouvèlement des membres vous ont été postés à la fin du mois de janvier. Assurez vous de nous retourner le tout avant l’assemblée générale, qui aura lieu le mardi 30 mai 2017, afin de pouvoir exercer vos droits et privilèges de membres lors de cette journée. Les documents pour votre renouvèlement sont également disponibles sur notre site internet dans la section Adhésion et renouvèlement sous l’onglet Nos membres.
N’oubliez pas d’en profiter pour faire une vérification des informations qui apparaissent sur votre fiche d’organisme qui se trouve également sous l’onglet Nos Membres et de nous informer de toutes erreurs ou modifications.

La question des plaintes

Lors de notre dernière tournée, nous avons fait part de notre questionnement sur le fait que dans le rapport du commissaire aux plaintes et à la qualité des services des Laurentides on indique une diminution de 31 % des plaintes malgré tous les problèmes liés à l’accès et à la qualité des services dans le contexte actuel. On nous a rapporté les difficultés de porter plainte, le fait que des personnes ne croient plus que cela puisse améliorer la situation ainsi que la crainte de représailles.

Au Centre d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (CAAP), on nous a confirmé qu’en effet beaucoup de personnes ont peur de représailles et qu’il y a encore de l’éducation à faire pour sortir de cette situation. On nous a aussi informé que plusieurs personnes choisissent de faire des signalements et ne déposent pas de plainte écrite. Les signalements ne sont pas rapportés dans le rapport et ne laissent pas de traces. La réorganisation du réseau, suite au projet de Loi 10, a aussi entraîné plus de lourdeurs et de délais dans les procédures. Le CAAP, pour sa part, a fait face à une augmentation des demandes d’accompagnement de 13 %.

Notez que le CAAP est disponible pour donner des sessions d’information dans vos organismes. C’est une opportunité pour les personnes qui fréquentent votre organisme d’être mieux informées et de pouvoir partager leurs préoccupations à ce sujet. Pour en savoir davantage n’hésitez pas à communiquer avec le CAAP au 1-800-563-6261 http://www.caaplaurentides.org

Quant à l’Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS) qui soutient les personnes présentant une déficience intellectuelle et leur famille et dont certains de nos membres font partie,  elle se dit en ce moment  préoccupée par le projet de loi 130 (Loi modifiant certaines dispositions relatives à l’organisation clinique et à la gestion des établissements de santé et de services sociaux) et a déposé un avis à l’Assemblée nationale du Québec concernant ce projet.

Dans l’avis présenté aux membres de la Commission de la santé et des services sociaux, l’AQIS souligne son inquiétude face aux modifications proposées aux modalités de traitement des plaintes par les commissaires aux plaintes des établissements. Le projet de loi prévoit en effet que le commissaire aux plaintes pourrait s’adjoindre l’aide de tout employé d’un établissement sans que celui-ci ne soit embauché par son bureau. Ainsi, un employé n’étant pas embauché par le bureau du commissaire pourrait être appelé à enquêter ou à recevoir un pouvoir de représentation du commissaire aux plaintes. Pour l’AQIS, cela pose un important problème d’indépendance dans le traitement des plaintes. Il y a lieu de se demander si d’éventuelles personnes employées n’étant pas embauchées directement par le commissaire aux plaintes pourraient en effet subir des pressions des gestionnaires et des directions d’établissement. Il s’agit d’une question très importante à clarifier.

Fondation du Dr Julien Développement de trois centres de pédiatrie sociale dans les Laurentides.

À l’automne 2016, le ministre Sébastien Proulx annonçait une injection de 20 millions de dollars sur quatre ans à la Fondation du Dr Julien pour développer des centres de pédiatrie sociale au Québec. Dans les Laurentides, trois lieux ont été ciblés pour la mise en place de ces centres : Lachute, Sainte-Agathe-des-Monts et Mont-Laurier. Au premier abord, il est difficile de développer des arguments qui iraient à l’encontre de ces projets. Le Dr Julien bénéficie d’une grande notoriété dans l’opinion publique et la cause des enfants qui vivent des situations très problématiques vient nous chercher au plus profond de notre humanité.
Nos échanges avec des organismes communautaires ainsi que d’autres informations recueillies soulèvent cependant différents enjeux liés à ces nouvelles ressources et nous sommes très préoccupés par  le développement d’un modèle de santé et services sociaux qui intègre de nouvelles structures encadrées par des fondations, particulièrement en contexte de coupures.

Pour lire la suite: https://frama.link/DrJulien

En vrac

L’Élan CALACS gagne une formation!

67 organismes ont rempli le sondage visant à faire le bilan des actions de mobilisation de l’automne dernier. Le nom de l’Élan CALACS a été tiré parmi les organismes ayant répondu à l’appel. Bravo, une des membres de leur équipe pourra  prendre part gratuitement à l’une des formations dans notre prochaine programmation!

Appuyez la campagne pour une assurance médicaments 100 % publique.

Plusieurs personnes se retrouvent à payer davantage pour leurs médicaments. La Coalition solidarité santé indique que ce serait 12 % de la population qui ne peut payer ses ordonnances faute de moyens financiers. II est pourtant possible de contrôler les coûts des médicaments et d’en favoriser l’accès en rendant entièrement public notre régime actuel d’assurance médicaments. Le gouvernement libéral a déjà en main tous les outils, dont de nombreuses études économiques démontrant qu’en agissant ainsi le Québec pourrait économiser chaque année de 1 à 3 milliards de dollars.
Suivez ce lien pour l’information ou pour donner votre appui à cette campagne : http://remedeauxcoupures.cssante.com/formulaire/